Hommage aux hommes en bleu

A la demande des usagers voici le nouveau forum de discussion en Français

Moderators: ahramin, sky's the limit, sepia, Sulako, North Shore, Zatopec, Rudder Bug, frog

Post Reply
Message
Author
Pat Flyer
Rank 2
Rank 2
Posts: 66
Joined: Mon Feb 25, 2013 12:27 pm
Location: France
Contact:

Hommage aux hommes en bleu

#1 Post by Pat Flyer » Tue Feb 26, 2013 1:54 am

Bonjour,

Nouveau sur ce forum je me dois de me présenter.
PPL depuis une dizaine d'années, je trouve mon plaisir aéronautique dans le partage avec les pratiquants et les profanes.
Une de mes actions est l'écriture.
Je publie régulièrement des textes sur l'aéronautique et l'aérien.
Vous trouverez ci-dessous ma dernière prose. N'hésitez pas à me faire vos commentaires.

A bientôt et bons vols.

-----------------------
Ils sont absolument invisibles pour la grande majorité d’entre nous. On ne les voit pas. Si vous êtes un habitué des petits terrains d’aviation vous aurez plus de chance de les croiser. Si vous êtes pilotes d’aéroclub vous aurez même des échanges réguliers avec eux. Autrement non.

En tant que passager des lignes commerciales vous ne les verrez jamais. Sauf pour l’éventuel intervention rapide possible sur le tarmac. Mais c’est rare, et même s’il y a une intervention, comme les passagers sont aujourd’hui tous considérés comme des terroriste en puissance, on est généralement derrière des murs loin des avions au moment ou cela arrive.

Pour ce qui me concerne, j’ai la chance de les croiser régulièrement. Ils sont occupés et ils ont toujours un travail en cours et pourtant ils se rendent disponibles pour traiter rapidement nos problèmes.

Pour commencer, il faut savoir que leur action est vitale à notre activité. Sans eux, pas un seul avion ne pourrait décoller. Ils œuvrent sans relâche pour que, de l’Airbus A380 au petit Robin DR400, nos avions soient légalement et techniquement autorisés à voler.

Pour qu’un avion puisse voler durablement il est nécessaire de s’en occuper. Les cavaliers disaient souvent «qui veut aller loin doit ménager sa monture». Pour les pilote ce dicton deviendrait: «qui veut voler loin, doit faire son entretien».

Les pilotes sont tous habitués et formés dés leur première heure d’enseignement à signaler la moindre anomalie sur l’avion qui pourrait nuire à la sécurité des vols. Et puis il y a les entretiens obligatoires à des rythmes imposés selon le type d’avion et sa motorisation. Tout cela entraine immanquablement une quantité d’actions importantes.

Une banale vidange d’un petit monomoteur va être l’occasion de vérifier les organes moteurs invisibles en tant normal. On est loin du simple dévissage d’un bouchon sur une voiture.

Et la grande visite alors !

Pour la grande visite l’avion est complètement dépouillé pour dévoiler chaque organe, chaque faisceau électrique ou hydraulique. Le moindre recoin est mis à jour. On parle de centaines d’heures de travail cumulé pour un gros porteur. Les talents des mécaniciens sont largement sollicités pour cette opération.

Le travail se fait dans des hangars, avec des grandes portes et des murs en tôles. Vous me voyez venir ! Froid en hiver, chaud en été et des courants d’air tout le temps. Pas vraiment des conditions de travail de bureau.

Mais cela dit on est encore loin du compte. Il faut, l’administration moderne aidant, que nos mécaniciens soient des champions de la classification, de l’archivage et du remplissage de documents administratifs. Le suivi administratif d’un avion est plus détaillé et plus complet que note propre carnet de santé. Vraiment beaucoup plus. Au moindre événement, il est ainsi possible de suivre la documentation de la totalité de la vie de l’appareil, chaque intervention, la moindre vidange.

J’ai presque oublié. N’allez pas imaginer le banal mécanicien avec tout juste un certificat d’étude et formé à l’atelier par ses pairs. Aujourd’hui ils subissent une formation normée et des examens détaillés. Ils sont certifiés et doivent se soumettre à des contrôles réguliers.

Les mécaniciens sont donc bien essentiels à nos voyages et à nos plaisirs. Tellement essentiels que le grand Didier Daurat, de la célèbre Aéropostale, les considérait comme l’âme de la ligne. Aucun nouveau pilote ne pouvait échapper à un petit séjour obligatoire dans les ateliers mécaniques. Objectif: apprendre à respecter les avions et, à travers eux, les mécaniciens. Même Mermoz, même Guillaumet, même Saint Exupéry. Ils ont tous passé des jours à nettoyer des pièces moteur et à entretenir des avions. Tout pilote chevronnés qu’ils étaient déjà en entrant à la ligne.

Les mécaniciens sont l’âme de notre activité car ils touchent à l’âme des appareils. Comme une âme ils sont souvent invisible, comme une âme ils sont la différence entre le banal et l'extraordinaire. Comme une âme ils permettent de pousser les limites du quotidien.

Ils peuvent donc être fier de leurs mains souvent sales et de leurs combinaisons de travail.
Ils nous prêtent leurs avions pour que nous puissions explorer le monde.
Ils sont le cœur de l’aviation.
Ils sont NOS Hommes en Bleu.
---------- ADS -----------
  

Post Reply

Return to “Forum de discussion sur l'aviation en Français”