Les gens de l'air: les Hommes en Jaune

A la demande des usagers voici le nouveau forum de discussion en Français

Moderators: ahramin, sky's the limit, sepia, Sulako, North Shore, Zatopec, Rudder Bug, frog

Post Reply
Message
Author
Pat Flyer
Rank 2
Rank 2
Posts: 66
Joined: Mon Feb 25, 2013 12:27 pm
Location: France
Contact:

Les gens de l'air: les Hommes en Jaune

#1 Post by Pat Flyer » Mon Mar 11, 2013 6:48 am

Top light.JPG
Top light.JPG (716.18 KiB) Viewed 767 times
Les gestes automatiques, comme la parole, le regard vide, on avance avec comme seule idée en tête de nous asseoir dans le fauteuil et d’attendre que cela se passe. Le seul objectif est d’arriver.
De l’arrivé à l’aéroport jusqu’au confort de l’avion tout n’est que process, automatismes et obligations. D’ailleurs tout y contribue: l’enregistrement, le transport du domicile, la sécurité, l’embarquement. Cet état fait de nous des rouages d’un système plus large relativement robotisé.

Cependant !

Une fois installé dans notre fauteuil on peu enfin reprendre le contrôle de son esprit et se laisser aller à voir ce qui se passe autour de soi et plus particulièrement dehors.
Le hublot est petit, souvent rayé et parfois sale, mais bien assez grand pour prendre en compte l'énormité de ce que l’on voit.

L’oeil se pose naturellement sur les allers et venues des mastodontes de l’air. Ils sont impressionnants, titanesques. Des jouets de géants. Néanmoins, si l’on fait attention aux détails, on verra rapidement l'activité grouillante au pieds des cétacés de l’air.

Tels de grands sportifs qui sortent de compétitions, lorsqu’ils arrivent ils sont assaillis par les soigneurs. Ils perdent leur autonomie pour se donner complètement à l’anticipation de la course suivante.

Comme un arrêt au stand pour une Formule 1, l’attention se focalise d'abord sur cet homme si petit face à l’avion, et pourtant il le guide jusqu’à lui. Il l’attire, confiant en sa capacité de l'arrêter au moment opportun. L’agent de piste avec baguettes magiques en main va faire signe à l’avion et le guider à l’emplacement parfait qui rendra possible les autres métiers. L’objectif est que l’avion retourne dans son élément le plus rapidement possible.

Une fois arrêté, tout se précipite. La sécurité avant tout, puis pendant que dans l’avion l’équipage guide les passagers vers la sortie, au pied de celui ci les engins se présentent. La passerelle de débarquement, la rampe pour les bagages, la voiture du personnel d’entretiens. Et c’est la course qui commence. Chacun a parfaitement conscience de sa tache et de la manière de l’effectuer.

Une fois les passagers débarqués les responsables de l’entretien s'engouffrent par la passerelle pour nettoyer l’avion. Les bagagistes vides les bagages et palettes de marchandises de la soute pour les charger sur ces petites remorques attachées comme sur un train. Une fois vidé le train suivant arrive déjà pour charger les bagages des passagers au départ. En même temps, les engins élévateurs se sont positionnés aux portes pour permettre le chargement des galleys en nourriture et boissons.
Il ne faut que quelques minutes pour que tout cela se déroule.

Arrive ensuite l’équipage pour le vol. On le sait car l’un d’entre eux va faire le tour de l’avion. Assurer les vérifications nécessaires avant de pouvoir partir.
Et puis il y a le pétrolier qui arrive avec son camion pompe. Il branchera un tuyau sur le système d'approvisionnement souterrain et un autre à l’avion. Ainsi le camion pourra transférer des milliers de litres de carburants en quelques minutes.

C’est presque terminé, le tracteur est en place et l’agent de piste est de retour. Il se connecte avec un casque au poste de pilotage pour garantir que toutes les consignes soient bien partagées. Un tracteur, où plutôt un «pousseur» dans ce cas, se connecte à l’avion pour le repousser sur le taxiway. L’agent de piste l’accompagne jusqu’au bout, coordonnant toute l’opération et s’assurant que l’avion ne risque pas de heurter un obstacle. Une fois l’avion en place sur son aire d’évolution, l’agent se déconnecte, et d’un dernier signe de la main en direction du cockpit il passe la main.

Il n’est pas rare que tout ceci se déroule en quelques dizaines de minutes. La ponctualité du système en dépend. C’est une prouesse, c’est une mécanique de précision et c’est une valse en même temps. Fascinant !

Ces hommes et ces femmes se jettent ainsi dans un milieu fondamentalement hostile et ainsi nous pouvons arriver à l’heure à l’autre bout de la France ou du monde. On n’y pense pas, la plupart du temps on ne les voit pas.
Et pourtant ! Et pourtant, ce sont des Hommes en Jaune.
---------- ADS -----------

Post Reply

Return to “Forum de discussion sur l'aviation en Français”